Porto Cesareo

Localité balnéaire sur la côte ionienne du Salento, avec plages de sable fin aux eaux cristallines. Bassin de la Strea, où l’eau reste basse sur de nombreux mètres depuis la côte. Nombreux commerces et, pour les amateurs de poisson, la plus grande flotte de pêche du Salento.
Sable fin et mer cristalline

Porto Cesareo est une ville du Salento ionien, avec une côte principalement sablonneuse et de belles plages de sable fin. Au niveau du Bassin de la Strea, l’eau reste basse sur plusieurs mètres depuis la plage, rendant celle-ci particulièrement bien adaptée aux enfants, d’où son nom de Strea qui en dialecte signifie enfant.

Autre particularité du lieu, la présence d’un très grand nombre de poissonniers et de restaurants de poisson, Porto Cesareo, possédant en effet la plus grande flotte de bateaux de pêche de tout le Salento (dans une rue qui mène à la mer, on compte une quinzaine de poissonneries et les marchés de poissons sont fréquents lorsque les bateaux de pêche reviennent au port).

Depuis 2009, Porto Cesareo dispose de son propre stand au grand salon du tourisme à Milan, jouant ainsi un rôle important dans la réhabilitation de ses tours de guet (système de défense médiéval caractéristique des pays maritimes), dont le retour sous la propriété et la protection des municipalités impliquent divers projets ambitieux, notamment la création du Musée de la Mer.

La ville s’étend sur une péninsule, au bout de laquelle se dresse la Torre Cesarea construite par Charles Quint au XVIe siècle. Cette péninsule se prolonge dans la mer sur environ 300 mètres vers l’îlot appelé Lo Scoglio, le rocher, et l’Isola della Scogliera, l’île de la falaise. Parallèlement à la côte, vers le sud, la fameuse péninsule de la Strea se développe à l’ouest dans de nombreuses petites îles, dont la plus importante est appelée Isola Grande, la grande île, ou Isola dei Conigli, l’île aux lapins. La côte s’étend sur une vingtaine de km où s’alternent plages de sable fin, dunes, falaises et criques jusqu’au port de plaisance de Torre Lapillo.

histoire et contexte

Porto Cesareo a comme nom ancien Portus Sasinae, village portuaire fondé dans l’Antiquité par les habitants de Sazan, une petite île, aujourd’hui inhabitée, près de la baie de Valona en Albanie. Arrivés sur les côtes ioniennes avant le Vᵉ siècle av. J.-C., les habitants de Sazan se firent alors connaître pour leur ingéniosité en matière de pêche et de commerce.

Sur les côtes de la ville se succédèrent les Mycéniens, connus pour les artefacts qu’ils apportèrent de leur patrie, en particulier des vases avec des motifs peints, et les Messapiens qui, probablement venus d’Ilyrie (aujourd’hui l’Albanie), s’étaient installés sur tout le territoire des Pouilles vers le VIIIᵉ siècle av. J.- C. Cette présence est attestée par un dolmen constitué de 4 piliers en pierre, symbole religieux édifié pour faire des offrandes aux divinités.

À l’époque romaine, Portus Sasinae disparut, probablement détruite par les habitants de Gallipoli qui la voyaient comme une rivale dans le commerce de pêche et qui voulaient s’emparer de son port. La date précise de sa destruction n’est pas documentée mais elle reste attribuée à la période 200-300. Quelques siècles plus tard Porto Cesareo fut appelée Cesaria par les Grecs et, progressivement, son petit noyau s’étendit. Au Moyen Âge, elle fut rattachée à la ville de Nardò, et plus tard, on la retrouve passée parmi les domaines du comte de Lecce, Antonio Orsini. Au début du XXᵉ siècle, toutes les terres agricoles de l’arrière-pays furent entièrement bonifiées. En 1966 fut créée la Station de Biologie Marine, acquise en 1977 par l’Université de Lecce et gérée depuis 1980 par un comité dont fait également partie la municipalité de Porto Cesareo.

fêtes et événements

comment l'atteindre

En voiture:

En venant du nord, suivre l’autoroute A14 jusqu’à Bari. Prendre la sortie Bari Nord et poursuivre sur la voie rapide vers le sud, via Brindisi, jusqu’à Lecce. Depuis Lecce, prendre la Route Département SP119 via Monteroni et Leverano pour arriver à Porto Cesareo.

En train:

prendre le train jusqu’a’ Lecce (compagnie nationale : www.trenitalia.com/fr.html). Depuis Lecce, louer une voiture ou prendre l’autocar (compagnie regionale : www.fseonline.it).

A noter: de juin à septembre de nombreux autocars (10 lignes en 2019) font le tour du Salento gràce au service Salento in Bus : http://www.provincia.le.it/web/provincialecce/servizio_salentoinbus.

En avion:

L’aèroport le plus proche est celui de Brindisi (65km), puis vous voyagerez en voiture de location ou en autocar.

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn
WhatsApp